Stock épuisé.
En rupture de stock
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

Nos offres

Abonnez-vous à la newsletter

Partenaires - Liens

 

On parle de Nous... le 3 novembre 2014

On parle de Nous... le 3 novembre 2014

On Parle de Nous...

sur le site d'information :

Le 3 Novembre 2014

Un vigneron réunionnais lance un site de dégustation et vente de vin

 

 

 
Un vigneron réunionnais lance un site de dégustation et vente de vin
Goûter avant d'acheter c'est toujours mieux... surtout quand il s'agit de vin. C'est l'idée d'Olivier Cadarbacasse, un vigneron d'origine réunionnaise installé à quelques kilomètres de Saint-Emilion en métropole et qui a lancé en septembre un site internet de vente de vin qui permet de goûter les grands crus avant de commander. "Fini les mauvaises surprises, s'exclame-t-il, nous envoyons des petits échantillons, l'équivalent d'un verre, qui sont confectionnés à partir de bouteilles sur le site dans une atmosphère protégée. Ils sont à consommer quand le client le souhaite car ils ont une durée de vie de six mois". 

Si le site ne permet pas encore d'envoyer à La Réunion, nombreux sont les Réunionnais, selon Olivier Cadarbacasse, à en commander en métropole. Le site enregistre une centaine de clics par jour. "Nous proposons des vins de toutes les régions de France". 

Autre particularité du site, "les vignerons sont mis en avant, explique-t-il. Comme dans un salon des vins, il est possible rencontrer les vignerons, connaître leur parcours et d'où ils viennent et de goûter aux vins".Près de 30 vignerons indépendants proposent ainsi des vins qui ne se trouvent pas en grande surface car "ils préfèrent les réseaux traditionnels de cavistes, revendeurs et négociants..." 

Olivier Cadarbacasse a quitté La Réunion à l'âge de 11 ans avec ses parents qui avaient décidé de reprendre une exploitation viticole en Dordogne. Diplômé d'une école de commerce où il a rencontré sa femme, le jeune Réunionnais a travaillé chez Price WaterhouseCoopers à Paris; elle, chez KPMG. "Nous avions envie d'autre chose, on ne s'épanouissait pas, raconte-t-il, et on a tout quitté en 2002. Mais nous avons tendance à dire que sans passion, nous ne pourrions pas exercer ce métier de vigneron".
 

 

Lundi 3 Novembre 2014 - 17:53
SH

Contactez-nousAbonnez-vous à notre newsletter